LES COOPÉRANTS DES BANLIEUES

Il se lève très tôt le matin, enfile ses chaussures démodés par le temps et son sac à dos qu’il a acheté la semaine passée avec le peu d’argent qu’il vient de gagner.

À l’extérieur il entend crier à haute voix : » Matos »! Il répond : » Je viens »! Puis sortant de sa maison, il réjoint ses potes qui l’ attendent à l’extérieur. Ensemble ils forment une équipe de coopérants, ils s’appellent par des surnoms et n’ont pas de diplômes.

Ils ont dû laissé l’école à un âge assez bas car les parents n’avaient pas de moyens pour financer leurs études.

Aujourd’hui ils vont travailler dans un chantier public où ils se sont enregistrés comme déchargeurs de briques. Les mois passés ils avaient travaillé dans une usine de réparation des moteurs. Et cette fois ils ont un contrat de travail de cinq mois pour un salaire moyen de 100 dollars américain.

Matos tel qu’on le surnomme n’a que vingt cinq ans et il est père d’un garçon de cinq ans avec Nina une licéenne qu’il avait enceinté à l’âge de seize ans. Celle-ci habite chez ses Parents avec l’enfant mais c’est Matos qui a la charge de l’enfant.

Les parents de Nina trouvant que Matos n’étaient pas bien éduqué, refusèrent de lui donner leur fille et continuent de refuser même quand ce dernier propose un mariage coutumier.

Nina quant à elle regrette d’être sorti avec Matos mais elle sait qu’il est trop tard car l’enfant restera toujours le lien entre leur destin. Ses parents lui ont dit qu’elle devrait se marier avec un homme plus éduqué que elle.

Une semaine plus tard, Matos revenait du travail fatigué en compagnie de ses collègues, ils faisaient des blagues lorsque en passant près d’un restaurant il décidèrent de manger. Ils cotisèrent chacun et s’assirent autour d’une table. Après avoir été servi, une voiture de luxe se gara et relevant les yeux  » Drône », l’ami de  »Matos »tapa sur l’épaule de Matos pour qu’il lève la tête.

À sa grande surprise il vit Nina et son fils accompagné d’un homme qui paraissait assez âgé que lui. Il pouvait être dans la quarantaine. Ne pouvant contrôler sa jalousie, il se leva et les croisa. Son fils l’ayant vu s’approcher d’eux couru vers lui.

papa !

Samson,mon fils tu va bien ?

— Oui papa.

Très bien ?

Non, non.

MATOS s’indigna:

Qu’est-ce qui ne va pas, maman t’a encore tapé ?

Mais non papa, ça fait longtemps que tu n’es pas venu me voir à la maison.

À ce moment Nina et l’homme s’approchèrent. Alors que Matos regardait dans les yeux de la mère de son fils comme pour l’intérroger. c’est l’homme avec elle qui prit la parole.

— Chérie, c’est lui Mathieu le père de ton fils ?

Oui, répondit-elle.  » Matos, voici mon fiancé Serge.  »

Le cœur de Matos fut troublé. Il perdu connaissance. Quand il se reveilla près de son oncle qui lui faisait passer un tas de balais de feu au niveau du visage, il sursauta:  » Ninaaaaaa !!!  » et après un bref silence il regarda le monde qui l’entourait. Nina et l’enfant n’étaient plus .

Se rappelant de la scène au restaurant, il compris qu’il avait perdu la femme qu’il aimait.