LA FILLE HANDICAPÉE

La fille handicapée

Elle était très jolie et très attirante. Elle avait tout ce qu’on pouvait chercher dans le comportement d’une femme idéale : amour, gentillesse, attention, compassion, fidélité, compréhension, douceur et bienveillance.

Mais comme toutes les autres femmes, elle avait aussi des défauts. Son plus grand défaut est qu’elle se sous-estimait, se sentant inférieur aux autres parce qu’elle était handicapée.

À chaque fois qu’elle se souvenait combien sa vie avait été brillante avant que ce terrible accident ne survienne, elle versait des larmes chaudes incessamment jusqu’à ce que sa maman arrive, lui prenne dans ses bras et malgré le fait que pleurer la soulageait mieux, l’étreinte de sa maman agissait toujours comme un coup de baguette magique qui faisait sécher ses larmes instantanément.

— Ma fille, cesse de pleurer continuellement je t’en prie. La vie a toujours été comme cela… Personne sur terre n’est sans défaut…..

Puis elle poursuivait:

— Si Dieu t’a enlevé quelque chose, c’est qu’il t’a mis un surplus quelque part.

Ces paroles de sa maman lui donnait un grand courage et une grande force qui lui redonnait le goût de la vie même si elle devait continuer à marcher sur un fauteuil roulant. Elle avait des désirs et des aspirations. Son plus grand rêve était de devenir musicienne. Elle s’entraînait si dure les années passées mais, cela fesait plus de deux ans qu’elle n’avait plus touché à sa guitare.

Un soir triste en rentrant chez elle, se rappelant de la moquerie que l’une de ses collègues avait faite sur elle, elle reprit sa guitare et se mit à interpréter sa chanson préférée :  » Only hope ».

Lorsque la chanson fut terminée, elle songea à son propre marriage, se demandant si un jour elle allait se marier. Elle ne voulait pas être un fardeau pour qui que ce soit. Elle ne voulait pas qu’un homme soit malheureux à cause d’elle.

— Même si dans cette vie je ne peux me marier, je dois quand même réaliser mon rêve musical et aider les personnes vivant dans le besoin.

Reprenant ainsi du goût pour la musique et en même temps pour ses études, elle finit par réaliser ses rêves mais en plus de cela, elle rencontra un homme très généreux qui en avait marre de ce que les gens pensaient sur les femmes handicapées. Pour lui, elles n’étaient pas responsable de leur handicap et méritait d’être aidé et traité comme des déesses.

Cet homme, un riche homme d’affaire, qui menait une vie simple et détachée de ses richesses l’épousa à la fin.